Point santé : l’hypertension et vous

de | 19 avril 2016

La tension artérielle correspond à la pression exercée par le sang sur la paroi des artères. Elle se mesure indifféremment aux deux bras. Si votre médecin traitant vous a diagnostiqué une hypertension artérielle pas de panique. Il s’agit de l’un des diagnostiques les plus courants en cabinet. Avec ou sans symptômes liés à ce problème de santé, il faut prendre la situation au sérieux. L’hypertension est l’un des principaux facteurs de risques de graves affections cardio-vasculaires comme l’attaque cérébrale, l’infarctus du myocarde, l’insuffisance cardiaque, les troubles circulatoires des membres inférieurs, l’insuffisance rénale, et enfin, les troubles de la vue. La personne hypertendue a entre 2 et 10 fois plus de risques d’être victime d’une attaque cérébrale, d’un infarctus et d’une insuffisance cardiaque qu’une personne ne présentant pas ce trouble. En revanche, avec un suivi et une prise en charge, l’on observe une diminution significative de la tension, ainsi les complications seront beaucoup plus rares. Il est donc très important de suivre les recommandations de votre médecin. Il vous conseillera de modifier votre mode de vie et vous proposera un traitement médicamenteux. Mais bien souvent, il est nécessaire de combiner les deux approches. L’onva vous demander de contrôler votre tension artérielle à intervalles réguliers. Il existe deux systèmes d’auto surveillance à domicile.

Votre médecin peut vous prescrire l’auto mesure sur 24 heures. Pour cela, il vous mettra la plupart du temps, à disposition un appareil d’auto mesure. Il en assurera le réglage lui-même. Cet appareil permettra d’exclure les hypertensions passagères dues à l’angoisse de la consultation médicale, appelée aussi le syndrome de la blouse blanche. Ce petit boîtier va mesurer à intervalles régulières les valeurs de tension artérielle (toutes les 15 min environ). En fin de période d’enregistrement, la moyenne des valeurs supérieures et inférieures va être calculée. Cette valeur doit être inférieure aux mesures normales habituelles lors d’une mesure simple. (inf à 125/80mmhg).

Il peut encore vous conseiller de mesurer vous-même votre tension. Vous me direz, oui, il m’en a parlé, mais cela va encore plus m’angoisser, et comment choisir ? Rassurez-vous, le test va vous apporter une indication, à condition de ne pas abuser des prises de tensions. Idéalement, deux mesures quotidiennes maximum pourront vous donner une bonne indication de votre hypertension. Vous trouverez différents modèles auprès de votre partenaire de bien-être en magasin ou bien sur notre site internet.

Notre gamme de tensiomètre

Il en existe 2 sortes : pour le bras, ou bien pour le poignet, les 2 modèles sont fiables, mais les experts vous recommanderont le tensiomètre à brassard. Choisissez-le, surtout en fonction de votre mode de vie. N’hésitez pas à nous demander conseil. Prenez soin de vérifier, mesurez votre tour de bras, car les brassards standards sont utilisables par les personnes ayant un tour de bras inférieur à 33 centimètres, au-delà, il sera nécessaire de faire une commande plus spécifique.

Voilà, votre appareil, tout beau, tout neuf, est devant vous, n’oubliez pas de prendre connaissance de la notice incluse, afin d’éviter d’éventuelles erreurs de lecture de résultats.

Cette étape franchie, voici les étapes importantes à respecter:

 Pour le tensiomètre brassard, posez le sur une surface plane, votre table de chevet par exemple, ou encore une table. Il est essentiel de ne pas avoir pris votre traitement habituel pour la tension, avant votre prise de mesure. Pendant l’enregistrement, ne manger pas, de buvez pas et ne parlez pas. Idéalement la première mesure se fera au réveil.

Votre prise de mesure :

  • Placez le brassard à environ 2 cm au dessus de la pliure du coude, serrez fermement par les scratchs
  • Positionnez votre bras au niveau de votre cœur, la paume de la main vers le haut, sans tendre le bras.
  • Durant quelques minutes avant l’enregistrement respirez tranquillement et régulièrement en essayant d’éviter toute appréhension.
  • Lancez la mesure.
  • Pour la première prise de tension, testez les 2 bras, par la suite choisissez le côté qui présentera les données les plus élevées.
  • Une fois la prise de mesure terminée, les résultats s’afficheront à l’écran, soit par exemple 135/82 mmHg).
  • Reportez vos résultats dans un carnet ou un tableau récapitulatif de toutes vos mesures. De nombreux fabricants fournissent un petit livret dans la boîte de l’appareil.

Et voilà le tour est joué. Mais vous me direz, à quoi correspondent ces chiffres qui ne me disent rien ? Il faut savoir que le chiffre supérieur correspond à la pression systolique, c’est la pression maximale qui s’exerce sur les artères sous l’effet des battements du cœur. Le chiffre inférieur, est quant à lui, la désignation de la pression diastolique, c’est la pression minimale qui s’exerce sur les artères, entre deux battements du cœur. Une tension normale est inférieure à 140/90mmHg, c’est-à-dire dans le langage courant une tension à 14/9. Au-delà, il convient d’en informer votre médecin. Lors de vos consultations n’oubliez pas votre petit carnet de mesures. Mais comme pour tout appareil d’autocontrôle, faites attention à ne pas vous enfermer dans un cercle vicieux. De mauvais chiffres ne doivent pas engendrer d’angoisses, de culpabilité, car celles-ci seraient automatiquement traduites par une nouvelle montée de votre tension.

Ces petits appareils doivent vous aider à contrôler votre hypertension et vous permettre d’observer sa diminution grâce au protocole qui vous sera proposé. Vivez normalement et gardez à l’esprit que votre docteur peut vous aider à adopter un mode de vie plus sain et adapté à votre diagnostic.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *